Vierge

diocese ndali

Eveque2b

 

 Il y a 70 ans que la paroisse de Nikki a été créée. Le week-end du 07 au 09 Décembre a donné l’occasion de célébrer ces noces de platine.

Alors que le jour d'incidence est passé depuis près de cinq (5) mois, c'est autour de la célébration de la solennité  de l'Immaculée Conception, fête patronale de la paroisse,  que le conseil paroissial ayant à sa tête son curé le Père Henry OBIORA soutenu par son vicaire, le père Jean-Junior MAÏTOVOS ont préféré conclure ces jours de grandes  festivités en messes d'actions de grâce, en prières et en différentes réjouissances.

Le vendredi dans la soirée, plus précisément à partir de 20 H 00, il a eu une soirée récréative qui a débouché sur la veillée de prière animée  le père Aubin, exorciste diocésain.  Cette nuit de prière qui a mené les fidèles de la paroisse jusqu'à l'aube, n'a pas émoussé les ardeurs pour la messe solennelle du Samedi. Cette messe d'action de grâce, en la solennité de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie  a été présidée par le père KIATTI Flavien. Ce dernier  a été baptisé et a grandi à Nikki. À la fin de la célébration eucharistique, place a été faite à la kermesse. Le dimanche a été le couronnement de la fête avec la messe pontificale présidée par Mgr Martin ADJOU-MOUMOUNI et concélébrée par plusieurs prêtres. À la fin de la célébration, le mot des pères de la paroisse, donné par le père Jean-Junior, a permis à cette foule de fidèles, venus nombreux, de remonter dans l'histoire de la paroisse  jubilaire authentifiée et compilée par le feu père Ferdinand BIORET, les pères sma François Du Penhoat et Henry OBIORA .

C'est en 1948, en effet, que Mgr Faroud décida d'ouvrir en même temps trois nouvelles Missions: OUENOU KPAKÉROU (à 12 km à l'Ouest de N'Dali) avec le Père Roger BARTHÉLEMY, venu de Parakou, BEMBÊRÊKÊ avec le père Louis VIAUD, venu de Niamey; et enfin NIKKI, avec le Père Paul BAUDU, venu de Zinder au Niger.

Le Père BAUDU ayant eu comme vicaire successivement les pères Jean PRIGENT, LEMOINE  construisit en banco la Mission et l'Eglise et ouvrit trois écoles catholiques officielles: Biro, Bouka et Gbessassi. Il faut noter que cette première chapelle a eté inaugurée en 1951 par Mgr FAROUD. Le père  resta de 1948 à 1960 à Nikki soit douze (12) années au service de Dieu et de son peuple. Rentré fatigué, il finit sa vie à la procure de Paris en 1983, à l'âge de 68 ans.

Il fut remplacé en 1960 par le Père Fernand BIORET. C'est ce dernier qui entamma  la construction de la nouvelle Église,  l'actuelle. Au passage, pour le jubilé, cette Église a fait peau neuve grâce à la générosité de certains paroissiens. En revenant à l'historique, ces deux pionniers basaient la grande partie de leur mission sur la création d'écoles primaires. Dans cette tâche, à partir de 1959, ils ont été soutenus par les soeurs de la retraite chrétienne des Fontenelles dans les Doubs, arrivés à Nikki. Elles avaient une école de filles. Elles devaient être remplacées plus tard par les soeurs de Saint Augustin qui y sont toujours avec leur complexe scolaire de la maternelle à la seconde actuellement.

Le Père Jacques TANE , premier prêtre bariba, ordonné prêtre à Rome avec le futur évêque de Natitingou, l'abbé Okioh, assuma aussi l'intérim à Nikki sans oublier Bembêrêkê, Banikora et Pèrèrè où il finit sa mission au Bénin.

Le Père BIORET partit Définitivement en France en 1982. Il ne put terminer l'Eglise qu'il a commencé à realiser. Il termina à Nikki 22 ans de peines et de joies, au milieu des baribas, dont il avait adopté la langue et partagé l'amitié.

C'est le père LEMASSON qui devint curé de Nikki en fin 1982. Un père espagnol, Vicente RICO, prêtre associé sma, était son compagnon. Le père LEMASSON après deux ans et demi de présence, rentra en France. Et c'est le père Fernandez de TROCINIZ, actuel curé de la paroisse de Bouka qui le remplaça. Lui ont succédé les pères Ramon CARBALLADA, Saturnino PASERO François DUPENHOAT.

Ces riches années de passions et de secrifices ont fait de la paroisse de Nikki un grand champ de mission avec ses trente une (31) communautés de village aujourd'hui. Le dynamisme de cette pastorale n'a pas été sans l'apport des deux communautés religieuses qui sont sur le territoire. En plus des Soeurs de Saint Augustin, il y a aussi la communauté des Soeurs Tertiaires Capucines de la Sainte Famille qui se dépensent dans l'éducation, la santé et la catéchèse. Pour tous  ces bienfaits dans la vie de foi de cette paroisse, les fidèles ne pourraient que se confrondre en joies. C'est ainsi que, après la messe, il a eu pique-nique par communauté accompagnée de la vente d'eau a l'américaine et la vente d'autres objets offerts gracieusement par quelques paroissiens.