Vierge

diocese ndali

Eveque2b

 Situé dans le diocèse de N’Dali au Bénin, le Sanctuaire marial Notre Dame de la Paix de Bembèrèkè se trouve dans le département du Borgou.

La genèse de ce lieu de pèlerinage, nous présente deux dimensions fondamentales. La première date du P. Luigio SMA (de la province d’Italie) et la seconde, fait recours à Mgr Nestor ASSOGBA alors évêque de Parakou, qui a institué le pèlerinage.

En effet, lorsque le Père Luigio, fondateur de la mission de Bembèrèkè a construit l’Eglise dans les années 40 (l’actuel sanctuaire situé entre Gando et Bembèrèkè), il l’a dédié à Notre Dame de la route. Non pas parce qu’il s’agit d’une nouvelle paroisse, mais parce qu’il y en a fait une halte pour les chauffeurs routiers. Il y  avait là une association de chauffeurs qui partaient de Parakou pour Niamey. C’était l’OPERATION HIRONDELLE qui leur permettait de s’arrêter à Bembèrèkè pour prier donc une halte spirituelle.

Lorsque Mgr Nestor Assogba en 1976 a été nommé évêque de Parakou, suite à la première visite apostolique de sa Sainteté le Pape Jean Paul II au Bénin,  il a eu l’intuition de fonder un lieu de pèlerinage diocésain. A l’époque, son territoire diocésain était constitué des actuels diocèses de Parakou, N’Dali et Kandi. Et il n’y avait que 15 prêtres et 4 communautés religieuses pour desservir ce grand diocèse. Monseigneur voulant mettre son diocèse sous la protection de la Vierge Marie, a pris conseil de ses collaborateurs au cours d’une assemblée presbytérale. Disait-il : ­« Mes Pères, j’aimerais instaurer un pèlerinage marial dans notre diocèse. Qu’en pensez-vous ? Et où pourrions-nous situer ce lieu de pèlerinage ? ». Après un long silence suivi d’une concertation, Bembèrèkè fut désigné.

Mais pourquoi Bembèrèkè ?

Tout simplement parce que la paroisse Notre Dame de la route de Bembèrèkè était située au cœur du diocèse, donc son centre géographique. En plus à l’époque, en 1976, le presbytère de la paroisse n’était plus sur l’actuel site du sanctuaire ; la chapelle était située quasiment au sommet de la montagne tel que nous le constatons encore aujourd’hui.

Le P. Jean Thébault alors curé de la paroisse, dans le souci d’être plus proche des fidèles pour une pastorale de proximité, avait construit un nouveau presbytère un peu plus bas, à environ un kilomètre, là où se trouve l’actuelle paroisse de Bembèrèkè. Plus tard la chapelle située sur la colline sera désertée pour donner place à la nouvelle église (l’actuelle) construite par le nouveau curé le P.  Michel Iriquin. C’est doncen son temps que la chapelle du Sanctuaire, alors église paroissiale, a été fermée au culte. Et ce lieu de culte, déjà bâtie en pierre, risquait de devenir des ruines. Or l’église était belle, avec des piliers en rôniers. Ils y avaient des vitraux et des rosasses qui ont respectivement leurs histoires. Les Pères y avaient célébré des messes pendant des années.

Heureusement, quand Bembèrèkè fut choisi au presbyterium comme lieu de pèlerinage annuel pour le diocèse, Monseigneur Nestor ASSOGBA a encouragé tous les agents pastoraux à y faire chose commune et familiale. Il a vraiment aidé et a tout fait pour la mise en route du premier pèlerinage sur l’actuel site. Ainsi la chapelle a repris sa vie spirituelle. Au Père Iriquin étant le curé sur place, fut confié la préparation matérielle pour l’accueil et l’organisation de ce pèlerinage.

 Comme Abraham le premier pèlerin à la recherche de Dieu pour lui obéir, le servir et l’annoncer ;  toutes les paroisses se sont impliquées spirituellement et matériellement pour la réussite dudit pèlerinage. Monseigneur a aussi mis ce pèlerinage sous le patronage de Marie en lui donnant un second nom marial : NOTRE DAME DE LA ROUTE ET DE LA PERPETUELLE FACE.

Selon le Père Michel Bonnemaison SMA, l’un des grands piliers et grand missionnaire de la mission de Bembèrèkè, fondateur d’autres paroisses dans le Borgou, l’accueil et l’organisation des premiers pèlerinages à Bembèrèkè, ont été une grande réussite. Autrement dit c’était une nouvelle étape extrêmement importante dans l’annonce de l’Evangile au peuple du Borgou (des trois diocèses),  même pour les batombous de la région de Kouandé et Wassa.

Quand le diocèse N’Dali fut créé en l’an 2000, ANNEE DE GRACES ET DU JUBILE, le nouvel évêque  Mgr Martin ADJOU, grand dévot de Marie lui aussi, confirme Bembèrèkè comme lieu de regroupement diocésain et de pèlerinage annuel. Et le placera sous le patronage de Notre Dame de la Paix de Bembèrèkè. Aujourd’hui, le Sanctuaire est géré par les Frères Franciscains de l’Immaculée.

 Et donc depuis 2006 les Frères Franciscains de l’Immaculée animent le Sanctuaire Notre Dame de la Paix de Bembèrèkè, site marial diocésain de N’Dali. Chaque année nous recevons environ 3000 pèlerins. Nous disposons des chambres et dortoirs pouvant accueillir des groupes d’environ 70 à 100 personnes. Nous animons des retraites spirituelles et assurons des directions spirituelles de fidèles.

Le Sanctuaire Notre Dame de la Paix de Bembèrèkè vous ouvre grandement ses portes pour des pèlerinages individuels, en famille ou en grands groupes.

Ce haut lieu de pèlerinage dispose de:

  • Sa chapelle dont les origines remontent aux années 40 ;
  • Son podium qui regroupe plus de 3000 pèlerins ;
  • Sa grotte mariale, cadre idéal pour la prière, les processions mariales, la récitation du chapelet en plein air, permettant l’accueil de groupes ;
  • Son centre spirituel avec l’hôtellerie pour environ 50 personnes est ouvert à tous ;
  • Son chemin de Croix monumental qui serpente sur un espace de la colline en face de la chapelle jusqu’au Calvaire. (Pour l’instant nous avons pu réaliser et faire bénir 9 stations sur les 14)
  • L’entrée principale dispose d’un grand espace dédié à Saint Joseph. Y figurent également des objets d’Art pour enrichir la catéchèse biblique.

Le Sanctuaire, le Centre spirituel et son hôtellerie vous accueillent toute l’année pour un pèlerinage, en groupe d’aumônerie, groupe de préparation au mariage, conseil pastoral, une recollection, retraite de confirmation, retraite de communion, etc… pour une journée, un week-end ou un séjour.

Le centre spirituel est doté de 5 dortoirs, 32 chambres, une salle de conférence et 5 salles d’ateliers. Sans oublier la chapelle qui est le centre de la maison pour les Messes, l’Adoration et la Méditation.

A l’intérieur de la chapelle du sanctuaire vous avez une belle statue de Saint Joseph et une très belle statue de Marie qui défait les nœuds.

Rapport de l’Année pastorale : 2020-2021

Autres que le service quotidien sur le site, nous organisons également, en communion avec le comité diocésain du pèlerinage, trois grands rendez-vous au cours de chaque année pastorale. Nous nous rendons toujours disponibles pour les Confessions et la direction spirituelle : Tous les jours après la Messe de 7 heures et les après-midi entre 16 et 18 heures.

D’entrée, nous signalons que le premier vendredi du mois d’Octobre 2020, à 16 heures, nous avons fait ensemble avec les fidèles dévots du sanctuaire, le chemin de croix sur la colline. Engagement que nous continuons d’honorer tous les premiers vendredis du mois pour les Ames du purgatoire, les enfants avortés, les morts nés et pour la sanctification des prêtres.

Pour cette nouvelle année pastorale, en union avec le diocèse, comme à l’accoutumée, nous avons tenu aux grands rendez-vous de l’année pastorale au sanctuaire :

*Clôture du mois de rosaire : 31 octobre ;

*Pèlerinage annuel diocésain : en février (les deux week-ends des congés de détente) ;

 *Clôture du mois de Marie : 31 Mai.

La clôture du mois de Marie, est un rendez-vous qui tient à cœur à notre cher père Evêque. Ainsi, le 31 octobre de 2020, les agents pastoraux unis à l’ordinaire des lieux, se sont retrouvés aux pieds de la Vierge Marie Notre Dame de la Paix. C’était pour nous tous, une nouvelle occasion de rendre grâce au Seigneur pour la reprise des activités pastorales. Car précédemment, la crise sanitaire de Covid nous avait privés de ces opportunités de grâces mariales. Les fidèles ont répondu massivement à cette entrevue fraternelle.

Malgré le doute que donnait le covid, à la suite de notre évêque, avec un acte de foi, nous avons honoré notre deuxièmerencontre annuelle, le grand pèlerinage diocésain. Le premier week-end des congés de détentes a été consacré aux enfants : du samedi 20 au dimanche 21 février. Plus de 2500 enfants venant des différentesparoisses de notre diocèse ont répondu présents à l’appel de leur Maitre et Seigneur. Bien organisé par leur père aumônier, le père Raphael (missionnaire espagnol, FideiDonim), ils ont été nourris spirituellement par le thème : Par Marie, Mère de l’Eglise, enfant annonce l’Evangile dans la liberté. Le thème a été développé par l’un des responsables de MADEB, Michel ArareSounon de la paroisse de Biro. La dernière journée s’est achevée par la Messe Pontificale présidée par Son Excellence Mgr Martin Adjou.

Quant au pèlerinage des adultes, nous avons aussi osé dans la foi. Il a eu lieu du samedi 27 au dimanche 28 février. Cette 38è Edition a été pour nous une démarche qui s’est inscrite dans la logique de la dernière Encyclique du Pape François : TOUS FRERES, et sur le thème diocésain de la nouvelle année pastorale : LA CONVERSION PASTORALE AU SERVICE DE L’EVANGELISATION. En  nous basant sur ces deux exhortations, nous avons retenu comme thème du pèlerinage : TOUS FRERES, AVEC MARIE, AU SERVICE DE L’EVANGELISATION et développé par le frère Antoine BOCO, le berger de la communauté catholique Saint Jean Paul II de Cotonou. C’était vraiment un moment de grâces particulières pour notre diocèse. A notre grande surprise, plus de 4000 fidèles ont pris part à ce pèlerinage. A cette occasion, pendant le chemin de Croix sur la colline en face du Sanctuaire, nous avons eu la bénédiction par Monseigneur de sept nouvelles stations du chemin de croix et deux monuments : les six jarres des noces de Cana pour apaiser la soif des pèlerins et la statue de saint François d’Assise. Il nous reste par la grâce de Dieu cinq stations pour achever l’œuvre.

En somme, c’était un véritable rendez-vous du donner et de recevoir. Occasion pour nous, de rendre grâce au Seigneur pour sa main agissante sur notre famillediocésaine de N’Dali.

Dans le même élan, nous espérons honorer aussi le dernier rendez-vous de l’année pastorale 2021 : le 31 Mai prochain.

Signalons que nous avons enregistré plusieurs rendez-vous de différents groupes, même des autres diocèses du Bénin, qui passent et qui désirent passer des moments agréables aux pieds de la Vierge Marie à Bembèrèkè. Le sanctuaire de Bembèrèkè, grâce au projet du chemin de Croix attire désormais les regards vers Notre Dame de la Paixet tout cela concourt à la gloire de Dieu et le salut des hommes.Confié à la garde de Saint Jean Paul II et Sainte Madre Théresa, le chemin de Croix de Bembèrèkè sur la colline,offre à tous une spiritualité mariale et une vraie dévotion à la passion du Christ. Ne vient pas seulement celui qui veut réciter le chapelet, c’est une structure qui prend en compte l’essentiel du vécu chrétien dans sa foi. Comme l’a dit maintes fois notre Evêque, Mgr Martin Adjou, c’est le chemin de croix le plus objectif et le plus suggestif de la sous-région.

Perspectives d’avenir : Notre rêve dans la foi

Pour finir, nous informons d’autres projets ambitieux « pour la gloire de Dieu et le salut des âmes ». Nous avons, le souci récurrent de l’accueil qui est de pouvoir avoir des bâtiments pour accueillir les fidèles chrétiens.Certes, il y a déjà l’accueil de groupes, mais nous voulons un bâtiment qui pourra abriter individuellement des personnes qui voudraient se recueillir, se retirer de la ville et surtout des familles. Ici, nous voulons mettre à la disposition des petits groupes en famille ou en groupes restreints quelques chambres individuelles. Cela est un projet qui nous tient à cœur et se réalisera aussi.

Un autre projet est la sécurisation des lieux. Il faut un peu plus de sécurité au sanctuaire non seulement du fait de son éloignement, mais aussi de son environnement. En effet, nous sommes à une année écologique et notre chemin de Croix offre un espace paradisiaque. Grâce à cet environnement serein, la faune aussi est bien fournie et ce réflexe de protéger la nature, comme de vrais fils de Saint François d’Assise, nous a amené à penser à un projet dans ce sens qui est la sauvegarde de l’environnement, afin que les arbres puissent toujours offrir ce cadre d’accueil et que sous les arbres aussi nous puissions collaborer et coopérer avec les animaux qui sont protégés.

En fin, nous pensons aussi à une grande source de la fontaine de Marie où on va puiser de l’eau pour nous désaltérer uniquement. C’est hautement symbolique pour des pèlerins et pèlerines qui viennent se ressourcer. Vous constatez que beaucoup viennent de leur famille avec des bidons d’eau pour prendre de l’eau bénite. A cet effet, nous remercions de tout cœur notre évêque, qui a cru aussi en notre rêve en nous offrant aussitôt après le dernier pèlerinage diocésain, un forage avec une installation de la pompe solaire et tout l’équipement.

Nous comptons aussi remettre en cours une Ciergerie. C’est vrai, ce n’est pas une spiritualité très connue des Béninois. Toutefois c’est une façon aussi de prier. Autant de projets mais le plus cher est que le Sanctuaire de Bembèrèkè, continue de drainer de monde vers cette colline où la sainte Famille deJésus, Marie et Joseph  les attend. C’est un projet et c’est à chacun de rentrer dans cet esprit. Voilà des projets aussi physiques que spirituels.

Je remercie sincèrement ceux qui ont cru en notre rêve et qui nous soutiennent de goute en goute, c’est une main qui lave une autre et l’union fait la force. Je profite également pour  lancer un appel à faire de ce lieu ce qu’il voudrait qu’il soit dès aujourd’hui et pour toujours. Pour ce qui a été déjà réalisé, appel est fait à en prendre soin, à sauvegarder ce qui est acquis, renforcer ce qui a été façonné par la grâce de Dieu.

C’est donc dire que l’attente en ce lieu est énorme, mais n’effraie pas car nous comptons encoresur les bonnes volontés, parce qu’ils l’ont toujours fait, le font et le feront toujours sur les pèlerins et pèlerines. Eh bien, tous ces projets en gestation ne peuvent pas se réaliser sans leur apport. Nous vivons de la providence. Nous comptons donc sur Elle.

Continuer la contribution que ce soit enfants, jeunes et vieillards. Je voudrais clore en rappelant que le sanctuaire de Bembèrèkè est ouvert à tous. C’est un lieu à caractère universel. Que tous sachent que ce lieu leur appartient et que ce qui reste à faire repose entre leurs mains. Beaucoup reste à faire et l’appel du recteur est de s’engager pour la mission spécifique du sanctuaire, rendre ce lieu porteur d’une espérance de notre famille diocésaine de N’Dali et de notre pays béni, le Bénin. J’ai de l’estime pour vous pèlerins et pèlerines du sanctuaire Notre Dame de la Paix.

 

 IMG 20210423 WA0034 IMG 20210423 WA0033 
 Véronique essuie le visage de Jésus!

 La première station du chemin de croix en

grandeur nature.

 IMG 20210423 WA0035  IMG 20210423 WA0032
 La piéta, la treizième station.

 La tombe de Jésus représentée sur les collines de

BEMBEREKE.

 IMG 20210423 WA0038  IMG 20210423 WA0037
 L'intérieur de lacypte où l'ange iindique la tombe.

 La scène du premier miracle de Jésus aux noces

de CANA, représentée ici.

 

Que Dieu bénisse notre Diocèse qui vit fraichement ses 20 ans de création.

Vive l’Immaculée !                                                                                                 

Le recteur

P. Jean Joseph M. HOUNSA AYELO (F.I.)