CELEBRATION DE L’EPIPHANIE COUPLEE DES RITES D’ADMISSION, DE LECTORAT ET D’ACOLYTAT A N’DALI.

            L’Epiphanie est la manifestation de Dieu au monde comme la lumière qui éclaire tout homme, chercheur de Dieu. Célébrée cette année le 02 Janvier, cette fête coïncide avec la Journée Mondiale de l’Enfance Missionnaire. Dans le diocèse de N’Dali ce fut aussi l’occasion de célébrer d’une part les rites de collation des ministères d’admission et de lectorat pour Alexis CODJO et Laurent DAGAN et d’autre part l’acolytat pour Maxime YAÏ, tous séminaristes dudit diocèse. Accompagné de cinq prêtres, monseigneur ADJOU Martin a célébré la messe dans sa Cathédrale, Saint Marc de N’Dali. Son homélie qui connait un rythme ternaire a débuté par un échange avec les enfants sur la solennité de l’Epiphanie. Après avoir décrypté et explicité le sens et les protagonistes de ladite solennité avec ses innocents, joie de son cœur et prunelles de ses yeux, il s’appuie sur le sens des trois symboliques présents des roi mages venus d’Orient adorer l’Enfant-Dieu : l’or, l’encens et la myrrhe.

            Tout d’abord, l’or offert au roi, exprime la reconnaissance de sa royauté par les sujets. Le roi ne s’encombre pas de pacotilles, voilà pourquoi on ne lui offre que des objets de valeurs. Ensuite, l’encens est destiné à la célébration durant laquelle nos demandes et supplications montent vers Dieu comme la fumée de l’encens. Enfin, la myrrhe offerte à l’Enfant du Ciel préfigure son ensevelissement. En effet, Jésus qui a épousé notre condition humaine, a connu et vécu tout ce qui fait notre humanité en tout excepté le péché. Cette huile servira donc à embaumer son corps le jour de sa mort.

            Pour les trois jeunes exprimant leur désir de devenir prêtres, le prélat leur conseille d’ouvrir leur cœur à l’Esprit Saint afin qu’il maintienne leur fiat dans une fraîcheur sans cesse renouvelée. Avant de conclure, le pasteur de N’Dali n’a pas manquer d’exhorter les fidèles à êtres des étoiles qui brillent dans notre monde obscur et en perte de repères existentielles. Car le Dieu qui est le nôtre est le Dieu de la Lumière.

            C’est au son de la musique et de la danse que la célébration connut son épilogue après une consécration à Notre Dame de N’Dali, mère au cœur aimant !

BANI Roméo, Philo III au Philosophat Saint Paul de Djimè.

 

IMG 20220102 WA0085   IMG 20220102 WA0092  IMG 20220102 WA0083
     
 IMG 20220102 WA0084  IMG 20220102 WA0068  IMG 20220102 WA0070