Le diocèse de N'Dali  s’étend sur une superficie de 16. 597 Km.

Le diocèse de N’Dali couvre six communes du Borgou que sont N’Dali, Péréré, Nikki, Kalalé, Bembéréké et Sinendé sauf les Arrondissements de Gbégourou et de Sirarou qui font partie de l’Archidiocèse de Parakou.  Mais avant de devenir un diocèse, N’Dali a commencé son aventure avec l'Évangile en Janvier 1900. La Providence a d'ailleurs fait d'elle la première Mission Catholique du Nord Dahomey, précisément à 30 km au sud-ouest de Nikki, résidence des rois Baribas: il s'agit de Pèrèrè. C'est en Janvier 1900, en effet, que Mgr Dartois, évêque du Dahomey, vint de Porto-Novo fonder la Mission de Pèrèrè, avec les Pères Jules Nouvel et Firmin Colineaux. C'était à Pèrèrè et non à Nikki que résidait le premier administrateur français du secteur. Malheureusement, ils durent retourner au Sud, après seulement deux ans de séjour. Il fallut attendre 48 ans pour avoir la joie et le bonheur d'avoir une nouvelle mission sur nos territoires. C'est en 1948 que Mgr Faroud décida d'ouvrir en même temps trois nouvelles Missions: Ouenou Kpakérou (à 12 km à l'ouest de N'Dali) avec le Père Roger BARTHÉLÉMY, venu de Parakou. Cette paroisse fête justement en cette année ses 70 ans de création. La deuxième mission fut celle-ci, celle de Bembereke avec le Père Louis VIAUD, venu de Niamey et enfin Nikki, avec le Père Paul Baudu, venu de Zinder au Niger. Il faut préciser que sur la paroisse de Nikki, Biro fut fondé en 1947 par le Père Émile MALASSENET,  venu du Nord Togo. C'est toujours dans cette période, avec le Père Baudu que s'ouvrirent trois écoles catholiques officielles: Biro, Bouka et Gbessassi. Un peu plus loin, en 1962, une école de garçons vint compléter l'école de Filles des soeurs de la Retraite Chrétienne des Fontenelles, dans les Doubs, arrivés à Nikki quelques années plus tôt. Cette première communauté religieuse de nos milieux, devraient être remplacées plus tard par les sœurs de Saint Augustin, congrégation africaine toujours à Nikki. Le plus suave  fruit de cette première mission, fut l'abbé Jacques Tané, premier prêtre Bariba, ordonné à Rome avec le futur évêque de Natitingou, Nicolas Okioh. Jusqu'à ce moment et un peu plus tard, notre  territoire était sous la coupole du diocèse de Parakou.

       Il fallut attendre le 22 Décembre 1999, pour le voir érigé en diocèse avec son premier évêque Mgr Martin ADJOU-MOUMOUNI, Sacré évêque le 10 Juin 2000. Entré en maturité cette année, avec ses 18 ans, le diocèse de N'Dali continue de vivre sa vocation d’évangélisation sur une terre fortement dominée par différentes confessions religieuses : les religions traditionnelles, l’Islam et les nouvelles confessions religieuses chrétiennes. Les agents pastoraux ont voulu réfléchir tout le long de cette année pastorale 2018-2019 sur le thème de  "L’Eglise Famille de Dieu à N’Dali en marche sous la conduite de l’Esprit Saint".  Toutes les 14 paroisses du diocèse, réparties dans les quatre secteurs de N'Dali, de Bembereke, de Pèrèrè et de Nikki s'attèlent à vivre  cette réalité de la famille chrétienne ensemble et chacun à son niveau. Ainsi nous avons :

  • Le Secteur de N’Dali composé des paroisses de St Marc de N’Dali, Sacré-Cœur de Ouénou, Saint André de Ina et St Padre Pio de Bori.
  • Le secteur de Péréré composé des paroisses de Saint Paul de Péréré, de Saint Jean-Baptiste de Biro et Notre-Dame de Toutes Joies de Guinagourou
  • Le secteur de Nikki composé des paroisses de Notre-Dame de l’Immaculée Conception de Nikki, de Saint Pierre de Kalalé et de Notre-Dame des Victoires de Bouka.
  • Le secteur de Bembéréké composé des paroisses Notre-Dame de la Route de Bembéréké, Notre-Dame de Foo Mero de Foobouré, de Bon Pasteur (Yeesu kparo geo) de Sinendé et la quasi paroisse St François d’Assise de Gamia.

Comme une seule famille, près de 99  agents pastoraux, chacun sur son lieu de mission et chacun dans son ministère essaie de faire avancer le règne de Dieu. Et puisque ce règne de Dieu ne peut advenir si nous ne partons  de la terre, le diocèse a fait du social l'une de ses priorités. Dans le diocèse nous  comptons alors près de 13 écoles ou complexes scolaires, près de 21 foyers ou internats, près de  08 centres de santé, des forages se creusent dans les villages en manque d'eau. Les 32 prêtres, les 05 frères, les 50 religieuses issues des 12 congrégations,  les incontournables catéchistes se donnent la main pour venir à bout de cette noble mission sous l'impulsion de notre cher père Évêque.

Le diocese est riche à travers sa diversité culturelle. Nous avons les batombu, les   peulhs, les boo,  les fons, les nagots, les otamaris, les lokpa, les yoms  et même  les Ibo.