Vierge

diocese ndali

Eveque2b

 Assemblée Générale de Caritas N’Dali, Bembèrèkè, les 24, 25, 26 et 27 Octobre 2019

Comme mentionné dans les statuts et règlement Intérieur de Caritas Bénin en son article 19, les délégués de toutes les Caritas paroissiales et les membres de la commission diocésaine de la Caritas  ont répondu présents à la 2ème Assemblée Générale (AG) convoquée par la commissionDiocésaine de la  Caritas N’Dali.

Les travaux  de cette  Assemblée Générale ont commencé le 25Octobre 2019 à 07 heures 45 par une messe d’ouverture présidée par le Père Alain FALANA, Directeur Adjoint de la Caritas Kandi et concélébrée par les Pères Simplice BOCO, Vicaire Général du diocèse et Curé de la paroisse de Bembèrèkè, Emmanuel NATTA, Vicaire de la paroisse de Bembèrèkè et Vianney ZANOUVI, Directeur diocésain de la Caritas N’Dali.  Au début de cette célébration eucharistique, le Père, Simplice BOCO a, au nom de l’Evêque, Monseigneur Martin ADJOU, souhaité la bienvenue à tous les participants à cette rencontre. Il a transmis les salutations du prélat et imploré la bonté de Dieu sur chacun pour que les réflexions de ces trois jours de travaux portent du fruit pour le bien des  pauvres de notre diocèse.

 

I- LA CEREMONIE D'OUVERTURE

La cérémonie d’ouverture a commencé à 8 heures 50 et a été précédée par la prière introductive, dirigée par le son Excellence Monseigneur Martin ADJOU Evêque de diocèse de N’Dali. Notons que l’évêque a souhaité vivement présider à la messe d’ouverture. Mais pour certaines raisons il a été empêché.La cérémonie d’ouverture proprement dite a été marquée par une seule  allocution, celle de son Excellence Monseigneur Martin ADJOU.

Le Prélat s’est exprimé en ces termes : « Notre diocèse a été privé pendant des années de cette famille animatrice de charité (Caritas) de notre Eglise parce qu’il n’y avait pas les ressources humaines qu’il fallait. Aujourd’hui, il y a un directeur diocésain de la Caritas accompagné de son équipe et beaucoup d’autres collaborateurs. C’est donc un temps très important que vous allez vivre ces jours-ci  et je voudrais que vous vous investissiez autant que possible et sachiez que vous êtes les ambassadeurs de vos communautés respectives ». Pour finir son Excellence Monseigneur invite tous les responsables qui seront élus dans le nouveau bureau diocésain de la Caritas à savoir que le rôle qui leur sera confié n’est rien d’autre qu’une mission divine qu’ils doivent vivre intensément dans la prière.

II- PRESENTATION DES PARTICIPANTS ET AGENDA DE L’AG

L’occasion a été donnée à chaque participant de décliner son identité. De cet exercice, on déduit que 29 participants provenant de 09 délégations paroissiales du diocèse se sont fait représenter à ces assises.

Le Révérend Père Vianney ZANOUVI, Directeur diocésain de la Caritas a exprimé aux participants ces mots de gratitude et de grande joie pour la tenue de cette assemblée. Gratitude parce qu’ils ont répondu présents à cet appel et joie parce que leur présence massive est signe de la réussite des activités caritatives du diocèse.

A la suite de cette  intervention, les points clés de l’agenda ont été rappelés. Quelques amendements ont été portés à l’agenda de l’AG. Cette proposition ayant reçu l’assentiment des uns et des autres, l’agenda proposé pour ces trois jours de travaux a été validé à l’unanimité.

III- LES COMMUNICATIONS SUR LES THEMES DE L'AG

« Jeune, lève-toi et témoigne de ta charité », tel est le tout premier thème développé par le Révérend Père Alain FALANA, Directeur Adjoint de la Caritas Kandi à l’entame de cette AG.

Pour développer son thème, le révérend Père a amené les participants à écouter quelques passages bibliques : 1co 13,1-13 et Act 2,42-44.

Le thème interpelle le jeune. Mais de quel jeune s’agit-il ici ?

Il s’agit principalement du diocèse de N’Dali en tant que famille : Eglise Famille de Dieu à N’Dali.

C’est donc le dynamisme qui caractérise chacun des membres d’une famille qui fait sa jeunesse. Toutes les couches travaillent en synergie. Les vieux et les adultes réveillent la jeunesse qui sommeille en eux. Ils conseillent, éduquent et encouragent les jeunes, à leur transmettre les valeurs de nos cultures. Ils aident les jeunes à s’enraciner dans nos cultures pour en assurer la pérennité. Les adolescents et les enfants aident également les bras valides à accomplir leur mission. Ainsi tous les âges redonnent vie et force à la jeunesse. Le jeune qu’est le diocèse de N’Dali est appelé à se lever pour témoigner de sa charité. Le diocèse de N’Dali ne peut se lever qu’à travers ses membres que sont les fidèles tous ensemble. Tous doivent témoigner de leur charité à travers les membres de l’organisation caritative. Dans cette perspective, les membres de la Caritas en tant que corps constituent les yeux de tout l’ensemble. Ils ont le devoir d’informer, de sensibiliser et d’encourager. Le témoignage de la charité dépasse largement le cadre de partage philanthropique. Cette charité s’inspire de cette injonction de Jésus : « aime ton prochain comme toi-même ».

Il faut que le jeune arrive d’abord à s’aimer, c’est-à-dire, à se valoriser, à s’apprécier avant d’aller vers les autres en tant qu’ambassadeur, missionnaire de l’amour de Dieu.

Le jeune se caractérise par sa force, sa fougue, mais aussi par sa générosité, son désir profond de plaire à tous, d’aimer et d’être aimé.

Le deuxième thème présenté par le même communicateur est intitulé  « Caritas, une institution de projet ou une missionnaire de l’amour ».

 La Caritas n’est pas une affaire de gens qui ont les moyens. Tous, nous devons faire la Caritas avec un esprit rempli d’amour. C’est bien cela une institution de l’amour. L’amour ce n’est pas l’argent, c’est le cœur de l’homme. Le révérend Père dans son développement a invité tous les participants à s’appuyer sur le comportement des premiers chrétiens qui ont partagé leurs biens avec amour et désintéressement. Car lorsqu’on vit bien la charité, la force de Dieu circule en nous et on n’a plus besoin de tendre la main aux autres avant de pouvoir soulager les peines de nos frères et sœurs.

Le troisième thème de l’AG développé par le Révérend Père Vianney ZANOUVI est intitulé : « La mobilisation des ressources locales pour une Caritas diocésaine autonome ».

Les ressources locales dont il est question ici pour le service de la charité sont de trois différents ordres : il s’agit des ressources humaines, des ressources matérielles et des ressources financières.

Les chrétiens  constituent d’abord la toute première ressource dont on a  besoin pour le service de la charité. Nous avons besoin premièrement des hommes, des femmes et des jeunes qui doivent mettre au service des plus pauvres leur personne, leur temps et leur connaissance. Ils doivent être des gens de bonne volonté et travailler avec leur cœur. Voilà ce qui fait la différence entre  la Caritas et les autres organisations à caractère social. Nous agissons au nom de notre foi en Jésus-Christ etpour révéler au monde l’Amour de Dieu.C’est donc un service qui demande un cœur qui sait se sacrifier. A côté de cette qualité humaine, se trouve une certaine compétence qu’il faut nécessairement afin de bien rendre ce servie. Toute chose que le Pape François exprime en ces termes : « Nous avons besoin des gens compétents, mais il faut aussi la formation du cœur ».

Deuxièmement, nous avons besoin des ressources matérielles pour exécuter les actions de charité dans notre diocèse. Ici, notre sens de partage et de détachement vis-à-vis du matériel est nécessaire.Mettre à la disposition de nos communautés villageoises ou paroisses dont elles ont besoin est le devoir de tout chrétien. Nous devons nous sentir concernés par le manque de moyens pour acquérir le matériel et les équipements de travail nécessaires pour la mission de l’Eglise. Nous sommes invités à travailler ensemble, unis dans un même esprit et animés de la même foi et  charité dans le Christ à l’instar de la première communauté chrétienne.

Troisièmement, les ressources financières sont indispensables pour faire la charité. Nous devons impérativement mettre ensemble ce que nous avons pour aider nos frères et sœurs. Nous pouvons convertir notre temps,notre force physique et notre disponibilité pour résoudre certains problèmes financiers de nos communautés pour faciliter leurs actions envers les pauvres. L’absence ou le retard des financements extérieursne sont pas des raisons qui qui puissent freiner ou ralentir notre charité envers les pauvres de nos communautés. Nous devons nous organiser afin de rendre visibles sur le champ de la charité.

Pour illustrer son développement, le Directeur diocésain de la Caritas, s’est appuyé sur les différents programmes existant au niveau de la Caritas Bénin pour la mobilisation des ressources. Il s’agit de la Semaine Nationale de Charité (SNC) et de la campagne de carême.

La Semaine Nationale de Charité (SNC) est organisée de la fête du Christ-Roi au 1er dimanche de l’Avent de chaque année. Les fonds issus de cette journée sont versés intégralement à la Direction Nationale de la Caritas Bénin. Quant à la campagne de carême, elle est organisée tous les ans et sert à financer les activités socio-caritatives à tous les niveaux, les cotisations statutaires, les rencontres internationales, les dépenses liées à leur préparation, etc. L’organisation de la campagne de carême est assurée conjointement par les Directeurs Diocésains, le Conseil d’Administration et la Direction Nationale.

Les modalités de gestion des fonds issues de cette campagne sont définies par l’Assemblée Générale ou le Conseil d’Administration en commun accord avec le Conseil consultatif.

IV- LES TRAVAUX DE GROUPES

Les participants répartis en trois groupes ont travaillé sur les points suivants :

  • Quelles sont les actions concrètes que tu peux poser en tant que chrétien dans ton milieu de vie pour témoigner de ta charité ?
  • Quelles sont les actions concrètes que tu peux faire en tant que communauté chrétienne (Caritas paroissiale ou villageoise) pour témoigner de ta charité ?
  • Comment penses-tu donner plus de vie et de dynamisme à ta communauté sur le plan de la charité ?
  • Quelles sont les actions de mobilisations de ressources que tu peux faire en tant que chrétien pour faciliter la réalisation des actions de la Caritas de ta communauté ?
  • Que peux-tu faire en tant que Communauté pour mobiliser des ressources pour la mission de la Caritas dans ton diocèse (communauté, paroisses et diocèse) ?
  • Combien peuvent coûter les actions que nous voulons accomplir cette année ? Essaie de les budgétiser.
  • Comment pensez-vous réaliser les actions que nous avons décidé de faire cette année ?

Sur la base des réflexions et  de quelques témoignages, les participants ont tracé eux-mêmes, les grandes lignes à observer au sein du diocèse pour les activités caritatives.

V- LA SYNTHESE ILLUSTREE DES TRAVAUX DE GROUPES

La restitution des travaux de groupes a permis aux participants de l’atelier de définir les actions à mener pour l’animation de la charité dans le diocèse. De plus quelques propositions ont été faites par l’Assemblée pour mieux organiser la charité dans tout le diocèse. Ces propositions seront soumises à l’approbation de l’Evêque. En ce qui concerne les actions à mener, il revient à chaque communauté sous le lead de leur curé, de définir les actions qu’elle pourra exécuter en fonction de ses capacités et ressources.

Aussi est-il retenu par l’assemblée que toutes les communautés fassent remonter leur plan de travail budgétisé au plus tard le 30 du mois de Novembre afin de permettre au bureau diocésain de faire une compilation de toutes les actions que le diocèse compte faire grâce aux communautés villageoises et paroisses et d’en assurer le suivi par une bonne collaboration entre les différents responsables à tous les niveaux du diocèse.

Les actions arrêtées par l’Assemblée Générale

  • La prière
  • L’écoute des personnes en situation difficile
  • Les visites aux personnes en situation difficile
  • L’assistance aux personnes vulnérables
  • La sensibilisation au sein des CEB sur la non-violence, la tolérance, la réconciliation et la paix pour une cohésion sociale
  • Favoriser le dialogue inter-religieux
  • Pratiquer l’hygiène et l’assainissement : Séances de salubrités dans les églises et les lieux publics tels que les hôpitaux, les marchés, les boucheries, les cimetières, les écoles maternelles, remblais des voies dégradées.
  • Faire la promotion de l’autonomisation des jeunes et des femmes par l’alphabétisation, la formation à l’entreprenariat l’appui matériel et financier.
  • Pour donner plus de vie et de dynamisme à la communauté : maintenir une bonne ambiance et mettre en place les conditions d’une bonne collaboration entre les Délégations Villageoises de Caritas (DVC) et les Délégations Paroissiales (DPC) d’une part et entre les Délégations Paroissiales (DPC) et Direction Diocésaine de Caritas (DDC) d’autre part, afin de favoriser la synergie des actions.
  • Sensibiliser et former les CEB sur la vie de la Caritas
  • Former les DPC et les DVC
  • les membres du bureau diocésain doivent faire un compte rendu trimestriel des différentes activités. Ce qui implique que les DVC et DPC rendent compte mensuellement de leurs activités.
  • Sensibiliser la communauté chrétienne chaque trimestre avec l’aide du curé sur leur collaboration et leur engagement pour une vie de charité plus dynamique et fructueuse au sein du diocèse.
  • Les décisions à soumettre à l’approbation de l’Evêque et prises par l’Assemblée Générale
  • Chaque chrétien est invité à faire annuellement un don en espèce et ou en nature en dehors des cotisations usuelles ou exigées par les règlements et statut. Ces différents dons serviront pour faire fonctionner les Caritas des communautés.
  • Ces fonds sont attendus de décembre à février de chaque année. Pour ce faire, les communautés doivent distribuer des sacs, des enveloppes aux communautés.
  • Octroyer à la Caritas des parcelles cultivables.
  • Inviter les chrétiens à travailler pour la Caritas en tant que bénévoles.
  • Sensibiliser les fidèles à mettre au service de la Caritas les matériels dont ils disposent et qui peuvent servir dans la réalisation de certaines activités ponctuelles (Bœufs pour labour, des machines et autres, des moyens de déplacement…)
  • Elire dans les brefs délais les responsables des Caritas villageoises et paroissiales là où elles n’existent pas.
  • En plus des champs communautaires, il est recommandé à chaque Caritas paroissiale et villageoise de disposer d’un champ. Si la communauté ne peut avoir un champ spécial pour la Caritas, elle veillera à donner un certain pourcentage défini par la communauté pour les actions caritatives de la communauté.
  • Organiser chaque année dans le mois d’avril une journée diocésaine de la charité.
  • Organiser des quêtes mensuelles ou bimensuelles pour la Caritas de la communauté.
  • Des volontaires doivent organiser les cours d’alphabétisation dans les communautés.

 

 

VI-  LES ELECTIONS DES NOUVEAUX MEMBRES DU BUREAU DIOCESAIN DE LA CARITAS

Une équipe composéedu Père Vianney ZANOUVI et de Monsieur Constantin BOHINOU a facilité le bon déroulement des élections. Il a exposé les dispositions statutaires prévues en la matière telles que fixées dans l’article 41 des statuts de la Caritas Bénin. Le DirecteursDiocésains étant nommés directement par l’Evêque, Président la Caritas diocésaine,  il a été demandé pour les autres postes de responsabilité, l’élection d’un Vice-Président, d’un Trésorier Général, d’un Responsable chargé de la communication, d’un Responsable chargé du Développement, d’un Responsable chargé des urgences et Deux Conseillers (des membres des anciens bureaux)

Le vote de l’assemblée a lieu à bulletins secrets.

Nombre de votants : 9 dont 01 voix  par paroisse

Ont été déclarés régulièrement proposés :

Poste du Vice-Président

  1. Monsieur Dominique BOUYA, de la paroisse de Bembèrèkè (06 voix)
  2. Monsieur Romain KPERA, de la Cathédrale de N’Dali (03 voix)

Poste du Trésorier Général

  1. 1. Madame ASSOUMA Mariette de la paroisse de Bembèrèkè (01 voix)
  2. 2. Monsieur DOUWEDO Thomas de la station de Ban-hounkpo (08 voix)

Poste du Chargé à la communication

  1. Monsieur Fidèle NIGUI de la paroisse de Ouénou (09 voix)

Poste du Chargé du développement

  1. 1. Madame Elisabeth AKPONA, de la paroisse de Nikki (05 voix)
  2. 2. Monsieur Edouard YOCOU, de la paroisse de Bori (03 voix)
  3. 3. Monsieur François GUERRA de la paroisse de Biro (01 voix)

Poste du Chargé des urgences

  1. 1. Madame GARBA Marthiale, de la paroisse de Bembèrèkè (01 voix)
  2. 2. Monsieur Léandre TCHAMKPA, de la paroisse de Gamia (07 voix) +01 bulletin nul

Poste de conseillers

  1. 1. Monsieur GOUNOU N’GOBI Didier, de la paroisse de Bori (07 voix)
  2. 2. Monsieur Jacob ANDEMI, de la paroisse de Sinendé (01 voix)

3-Monsieur Raymond BAGRI, de la station de Pédarou

Ces différents noms proposés par poste seront soumis à l’Evêque qui se chargera de la nomination des nouveaux membres du Bureau Diocésain de la Caritas.

VIII- LA CEREMONIE DE CLÔTURE

Elle a été marquée par une seule allocution.

Prenant la parole, le Révérend Père Vianney ZANOUVI, Directeur Diocésain de la Caritas, a remercié sincèrement tous les participants à cette AG, pour leur présence, leur endurance dans le travail et surtout leur détermination à œuvrer pour le bien-être des personnes vulnérables du diocèse. Il a remercié le Révérend Père Simplice BOCO, Vicaire Général du diocèse pour l’accueil chaleureux qui a été réservé aux participants pendant les quelques jours passés à Bembèrèkè. Tout en implorant sur les participants la grâce de Dieu, il les exhorte à plus de courage dans l'accomplissement de cette mission au côté de l'Eglise.

  • Le déjeuner du dimanche 27 Octobre 2019 suivi de la prise de photo de famille sont venus mettre fin aux travaux de l’Assemblée.

Fait à N’Dali, le 04 novembre 2019

 

La Direction Diocésaine